• 7003-1000.jpg
  • 3805-1000.JPG
  • 7512-1000.JPG
  • 2744-1000.jpg

Par Kevin Hansen - 21 novembre 2011 traduction : M. Uzan relue par A. Gabaud


Sous la pression de l'État de Californie, les fabricants de pesticides ont volontairement retiré le pesticide imidaclopride d'utilisation sur les amandes.
L'imidaclopride est largement incriminé comme contribuant à la disparition des abeilles dans le monde.
Apparemment, l'industrie a volontairement retiré les amandiers de la liste des utilisations approuvées plutôt que d’assumer le regard du public et les coûts impliqués dans la réévaluation d'un pesticide qu’elle affirme maintenant être un "petit marché" pour elle.


Les amandes sont une des principales cultures pour une Californie politiquement influente et écologiquement primée. Le retrait volontaire de ce pesticide a été tellement inhabituel et surprenant pour l'Agence des États-Unis (Environmental  Protection Agency - EPA) qu’elle n’a apparemment pas su comment traiter la demande.


Les pesticides systémiques de la classe des néonicotinoïdes comme l’imidaclopride sont particulièrement préoccupants parce qu'ils créent une toxicité dans toute la plante : les racines, feuilles, tiges, fleurs, le pollen et le nectar.
Ce changement a été révélé par le Département californien de la réglementation des pesticides (voir le lien ci-dessous;
les sections pertinentes sont près de la fin du document), et confirmé par des membres de l'industrie.


Même si cela ne concerne qu’un seul usage de produit chimique pour une seule culture, c’est sans doute la première fois aux USA qu’un tel retrait de pesticide systémique a lieu sous la pression.
Rappel :
L'État de Californie a exigé des fabricants de pesticides la réévaluation d’un grand nombre de pesticides contenant
de l'imidaclopride, l'un des plus largement utilisés du groupe des néonicotinoïdes. Vous pouvez télécharger l'avis californien de rappel des pesticides ici:
http://pierreterre.com/system/files/files/images/California%20reevaluates%20282%20Neonics%20-%20ca2009-02.pdf


Les raisons de ce rappel en Californie étaient de deux ordres:
• Premièrement, l’accumulation des concentrations d'imidaclopride dans le sol au fil du temps ont été démontrées. Dans certains cas, les doses dans le sol ont été mortelles pour les insectes dans les cultures de l'année suivante sans application de pesticides nouveaux;
• Deuxièmement, la toxicité de l’imidaclopride est beaucoup plus élevée dans le pollen et le nectar que prévu, et donc les risques pour les insectes utiles comme les abeilles ont été sous-estimés dans l'évaluation d’origine des risques soumise à la Californie.
Le rappel californien contraint les fabricants à réévaluer la toxicité à partir de ces nouvelles données.
Pour les militants impliqués dans la lutte contre cette catégorie de pesticides, le message est clair: la pression peut marcher, et même une étape intermédiaire comme une "réévaluation" peut être efficace dans certains cas.
Selon un militant:
« En ce qui concerne le retrait volontaire pour les amandiers, Bayer a décidé qu'il serait mieux de retirer cet usage que de mener des études sur les résidus.
Évidemment, ils doivent savoir que les résidus seront assez élevés, et si les études sur les amandes révèlent des taux élevés, alors il est fort probable que les résidus dans les autres cultures d'arbres et de noyers soient également élevés. Il y a encore un grand nombre d'utilisations de l'imidaclopride, pour que l'entreprise ne perde pas tant avec le retrait de l'utilisation sur  mandiers. »


Cependant, il est préoccupant de savoir que les producteurs d'amandes peuvent utiliser un pesticide systémique alternatif qui est tout aussi toxique pour les abeilles. Les insecticides aussi à toxicité aigüe pour les abeilles sont les suivants : le spinosade, l’émamectine benzoate, le fipronil, le thiaméthoxam , la clothianidine et le dinotéfurane. Ces insecticides sont aussi systémiques et persistants et ont un potentiel élevé pour entrer dans le nectar, le pollen, et les fruits des plantes (peu de gens sont à la recherche de résidus dans les fruits).

Si l’un de ces pesticides est utilisé comme un substitut à l’imidaclopride, les pertes d'abeilles vont se poursuivre. "